Celebrating 10 years of Anna Lindh Foundation Follow us on Twitter Like us on Facebook Subscribe to our YouTube channel Join us on Flickr

Coopération entre la Fondation Anna Lindh et les Nations Unies sur les thèmes de la jeunesse, la paix et la sécurité

jeu, 22/09/2016 - 18:11 -- Regina Salanova

22 Septembre 2016 – La Fondation Anna Lindh, institution centrale et point de référence du dialogue interculturel entre les pays du pourtour méditerranéen, a confirmé qu’elle coopérera avec les Nations Unies à la mise en œuvre de la première résolution de l’ONU sur la jeunesse, la paix et la sécurité.

La résolution 2250, la toute première résolution mondiale en son genre sur le rôle des jeunes hommes et femmes, a été adoptée à l’unanimité en décembre dernier par le Conseil de Sécurité de l’ONU. Le document met en avant le rôle d’acteur clé de la jeunesse dans les processus de paix et la lutte contre les discours extrémistes, et encourage la mise en place de politiques plaçant les jeunes au centre des efforts menés pour la paix et le développement.

La Fondation Anna Lindh, qui a adopté l’an dernier « l’investissement dans la jeunesse » comme pilier central de son nouveau plan stratégique soutenu par 42 pays, fera partie du comité de pilotage inter-organismes chargé d’assister à la réalisation de l’étude sur la jeunesse, la paix et la sécurité ordonnée par la résolution 2250 du Conseil de Sécurité.

S’exprimant depuis New York, l’Envoyé du Secrétaire général pour la Jeunesse, Ahmad Alhendawi, a déclaré : « Nous accordons une grande valeur à l’entrée de la Fondation Anna Lindh dans la coalition mondiale d’acteurs pour la résolution 2250 du Conseil de Sécurité. Nous pensons que ce partenariat avec la Fondation contribuera de façon importante à traduire la résolution 2250 en action au niveau euro-méditerranéen, amenant un nouvel élan politique en faveur du rôle central des jeunes dans la paix, le développement et la lutte contre les discours extrémistes. »

Le directeur exécutif de la Fondation, Hatem Atallah, a souligné le caractère fondamental de cette nouvelle collaboration « fondée sur des objectifs communs et des valeurs universelles », à une époque où « l’ampleur des défis régionaux dépasse les institutions individuelles qui se trouvent confrontées à des tendances négatives sans précédent », ajoutant que « les jeunes femmes et hommes sont des moteurs de transformation qui nécessitent un environnement propice pour assumer leur rôle central d’acteurs du changement. »

Paul Walton, qui représente la Fondation Anna Lindh au comité inter-organismes, a souligné l’importance d’une « coopération efficace et croissante avec les Nations Unies qui aboutisse à des partenariats avec les jeunes », créant de nouvelles opportunités « d’intensifier et d’accélérer l’action interculturelle menée par les jeunes face aux forces qui attisent la polarisation. » L’opérationnalisation de la résolution 2250 du Conseil de Sécurité de l’ONU au niveau euro-méditerranéen sera le thème du débat d’ouverture du MED FORUM, qui réunira 42 pays à La Valette (Malte) du 23 au 25 octobre prochains. Organisé à la veille de la présidence maltaise de l’UE (premier semestre de 2017), dont le thème central sera les relations entre l’Europe et son voisinage méditerranéen, le MED FORUM de la Fondation Anna Lindh sera le plus grand rassemblement de la société civile et de la jeunesse pour le dialogue interculturel méditerranéen, rassemblant une vaste coalition d’acteurs issus d’Afrique du Nord, du Proche-Orient et d’Europe.

La nouvelle coopération a également été favorisée par la Suède et les ministères des Affaires étrangères en charge des affaires euro-méditerranéennes affiliés au conseil des gouverneurs de la Fondation. Les États membres se sont entretenus cette semaine, au siège de l’ONU à New York, de questions de développement durable et des défis mondiaux de sécurité internationale et de migration internationale, à l’occasion de la 71ème séance plénière de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Cette coopération rejoint le travail de la Fondation Anna Lindh sur la nouvelle stratégie en matière de relations culturelles internationales et la PEV mise en place récemment par l’UE. Elle s’appuie également sur les travaux de partenariat en cours entre la Fondation et l’UNESCO dans le domaine de la jeunesse et du développement des médias, et sera au centre d’une initiative régionale lancée en décembre prochain par l’Institut suédois d’Alexandrie (SwedAlex) et la Fondation.